1.      Un principe innovant : revendre ses documents juridiques

La première nouveauté pour un service juridique est de pouvoir considérer que tout ce qu’il produit ou achète (souvent très cher) à une valeur dans le temps et peut être revendu plusieurs fois. Tous les formats de documents juridiques internes ainsi que toutes les prestations achetées en externes sont concernés. Toutefois, seuls 5 à 20% de ces documents sont susceptibles d’être revendus car le reste est souvent confidentiel et stratégique.

Openflow n’ambitionne ainsi de recycler qu’une petite partie des documents possédés par les acteurs du droit. Il s’agit le plus fréquemment de solutions juridiques apportées à des problèmes qui sont fréquents et dont le savoir-faire serait utile aux autres acteurs du droit. La question à se poser devant un document juridique que l’on hésite à revendre est « est-ce que quelqu’un peut se poser la même question et aimerait avoir cette réponse ? ».

2.      Les process de revente :

Une entreprise ou une collectivité peut revendre ses créations juridiques internes (note, analyse, memo, acte etc.) en choisissant le degré d’anonymisation pertinent. La question de l’anonymisation est à la convenance des entreprises ou des collectivités car elles ne sont pas soumises à l’obligation de confidentialité imposée aux avocats, notaires etc.  Elles déterminent un prix librement et peuvent ainsi optimiser leurs productions internes.

Une autre possibilité offerte par Openflow à une entreprise ou une collectivité est de revendre à deux. C’est le cas pour une prestation juridique achetée à un prestataire externe (avocat, conseil etc.). Il faut alors lui demander son autorisation car si « l’œuvre » juridique est originale, il dispose des droits d’auteur. L’intérêt est alors de créer une synergie avec le prestataire pour revendre ensemble, en tirer un bénéfice partagé et nouer une relation gagnant-gagnant pour réduire le coût de la prestation.

3.      Une source nouvelle d’informations opérationnelles et utiles pour l’entreprise ou la collectivité

Les juristes de l’entreprise ou de la collectivité sont sans cesse confrontés à des problèmes juridiques dont les réponses ne sont pas évidentes et leur demandent des heures de recherche. Le recours à une prestation extérieure (avocat, notaire etc.) ne se fait qu’en dernier recours car c’est cher et prend du temps.

Openflow va les aider car la plateforme est le lieu où chacun propose les solutions qu’il a lui-même élaborées quand il s’est trouvé confronté à un problème concret. Openflow est ainsi une bibliothèque d’expériences juridiques concrètes et opérationnelles.

4.      Une nouvelle façon de penser le droit en entreprise ou en collectivité :

 ·        Le service juridique devient producteur d’actifs valorisables dans le temps, et non plus seulement consommateur d’effectifs ou de prestation externes chères.

·        Les services juridiques sont repensés en termes d’investissements et non plus en coût de fonctionnement

·        Les juristes qui rédigent des solutions juridiques gagnent en légitimité dans l’entreprise ou la collectivité car ils amènent de la valeur financière (revente) et améliorent l’image de la structure (son savoir-faire, sa qualité etc.).